Vous êtes ici: Accueil

17 mars 2011: entrevue avec Marie-Louise Brabant, présidente, clinique organisationnelle PH-é. Inc

Une entrevue vidéo intitulée "Harcèlement psychologique et souffrance morale : un outil diagnostic" est maintenant disponible sur le site web de l'Ordre des Conseillers en Ressources Humains Agréés (CRHA).  Cliquez sur l'image ci-dessous pour y accéder.

Harcèlement psychologique et souffrance morale: un outil diagnostic

 

entête bulletins

Introduction

Aujourd’hui, la coopération au travail est reconnue comme une condition de succès d’une entreprise économique. Il est aussi reconnu que la coopération au travail entraîne des pertes économiques lorsqu’elle n’est pas optimale. Tout comme il est vrai de dire qu'elle n’est pas nécessaire à chacun, tout le temps. Mais, il arrive aussi que lorsqu'elle est nécessaire pour réaliser une tâche, un mandat ou un projet, qu'elle ne soit pas à la hauteur des attentes. Conséquemment les résultats obtenus sont moins bons que ceux espérés. À l'échelle d'une équipe, d'un département ou d'une division, l'impact de l'écart entre le besoin de coopération et le niveau satisfaction atteint a des conséquences négatives sur l'humeur relationnelle, sur la dynamique interpersonnelle et sur le rendement. Lorsque cet écart n'est pas pris en compte, compris et enfin réduit, il croît. Il croît jusqu'à la crise. Or, cette dernière n'est pas inéluctable. Alors pourquoi ne pas intervenir sur l'état de la coopération au travail? Est-ce une question d'incompréhension, de mécompréhension ou s'agit-il de quelque chose de plus insaisissable? Les deux questions suivantes amorcent la réflexion sur le sujet.       
 
Première question : Votre entreprise, institution ou société peut-elle se passer de la coopération de son personnel pour être performante?
 
Deuxième question : Votre entreprise, institution ou société peut-elle se permettre de gaspiller de l’argent en dépenses d’accidents professionnels évitables?
 
Si vous avez répondu non à ces deux questions, le projet que poursuit le Clinique organisationnelle PH-é va vous intéresser. D’abord parce la relation inusitée entre la qualité de la coopération et le nombre d’accidents professionnels a surement attiré votre attention. Ensuite, parce que cette relation peut être une source de dépenses ou d’économies. Puis, parce que vous êtes concerné personnellement en tant que travailleur salarié, nonobstant le niveau hiérarchique occupé. Enfin, parce que nous avons l’expertise et les compétences nécessaires à l’amélioration de la qualité de la coopération organisationnelle.

Historique du projet

L'initiatrice du projet, Marie-Louise Brabant, cumule plus de vingt années universitaires consacrées à l’étude des formes d’organisation du travail. Elle a plus particulièrement étudié le concept de coopération organisée et son mode de gestion. Cette étude lui a permis de découvrir une face de la coopération demeurée cachée à ce jour. Partant de cette découverte, elle a interrogé d’un point de vue historique l’impact de son expression connue dans les formes d’organisation du travail du modèle industriel. C’est par ce chemin qu'elle découvert progressivement le coût santé de la performance et son extension. Depuis, ses travaux portent sur le moyen de passer de la coopération connue à la coopération inconnue. Par conséquent, non mise en pratique socialement. Or, réussir ce passage permettrait de réduire le gaspillage que représente le coût santé de la performance.
 
D’un autre côté, la recherche universitaire lui a permis de découvrir, de créer, d’élaborer des moyens, des stratégies et de construire des outils. Maintenant, ceux-ci doivent être testés dans la réalité concrète du monde du travail afin de mesurer leur fiabilité quant au résultat attendu : réduire le coût santé de la performance organisationnelle. Pourtant, bien qu'utile, ce type de recherche est difficile à réaliser dans l’univers universitaire parce que les organismes subventionnaires ne sont pas au rendez-vous. C'est en raison de cette conjoncture que nous avons choisi de poursuivre autrement et ailleurs.

Description du Centre de recherche PH-é

 

La mission

La mission du Centre de Recherche & Développement PH-é est double. D’une part elle consiste à produire de nouvelles connaissances théoriques, méthodologiques, praxéologiques et éthiques concernant l’amélioration de la performance sans coût santé des systèmes humains organisés. D’autre part, la mission du Centre est de soutenir le développement d’une nouvelle pratique professionnelle : la gestion éthique de la coopération organisationnelle, chez les administrateurs, les gestionnaires, les intervenants en santé au travail, les consultants et formateurs en entreprise.

Un besoin à satisfaire; un marché en demande

Le coût santé des organisations du travail est exponentiel depuis une dizaine d’années. Aujourd'hui, il affecte la performance économique des entreprises, des institutions et de notre société. Par conséquent, dans un contexte de crise mondiale de l’économie, le coût santé de l’organisation du travail devient une source de gaspillage à éradiquer. Pourtant, la santé organisationnelle pour mieux performer est une priorité sur laquelle plusieurs donneurs d’ordre tant patronaux que syndicaux s’entendent. Sauf, que le "comment faire" manque à l’appel en raison de l’état des connaissances actuelles.
 
Le Centre de recherche PH-é est axé sur le développement d'une pratique bien comprise du « comment faire avec /pour » mieux performer sans coût santé. En regard à ce dernier, mes travaux de recherche m’ont permis de diagnostiquer les dysfonctions de l’organisation du modèle industriel, de développer un nouveau modèle et d’élaborer une démarche pour initier le passage du modèle industriel au modèle postindustriel.
 
La découverte de la pierre d’achoppement de la contre-productivité du modèle industriel m'a permi de travailler à un moyen de le résoudre. Ma thèse de doctorat en éthique appliquée sur cette problématique en fait foi ainsi que la médaille du Gouverneur Général reçue pour cette dernière.
 
Par la suite, mes travaux postdoctoraux en santé mentale au travail m’ont conduit à la nécessité d’élaborer une nouvelle pratique en matière de prévention de problème de santé mentale au travail. Or, même si, le monde de la recherche s’entend sur l’importance du sujet, le financement par le réseau habituel des universités est difficile. C’est pourquoi j’ai décidé de créer un centre de recherche et développement indépendant et privé. Par ailleurs, l’entreprenariat en R&D de la Performance Humaine-équilibrée devient urgent étant donné l’impact économique du coût santé de la performance. Le besoin croissant d’outiller les entreprises et les institutions est réel et urgent dans certains milieux.
 
La performance humaine équilibrée (PH-é), c’est-à-dire sans coût santé, est un besoin à satisfaire pour lequel les moyens de réalisation sont quasiment nuls. D’un autre côté, le cadre législatif impute la responsabilité à l’employeur de maintenir un climat sain et sécuritaire pour son personnel. De plus, les comités en santé et sécurité avouent souvent ne pas savoir comment intervenir dans des situations à risque pour la santé mentale. D’où l’importance pour les chercheurs d’être proactifs. Le Centre de recherche et développement PH-é répond aux besoins d’aide identifiés- du fait de sa mission- et désire participer au changment- du fait de son orientation. Ici, plus qu’alleurs, il importe de penser globalement avec lucidité tout en agissant localement avec courage et prudence.

Une philosophie critique

La philosophie du Centre de Recherche & Développement PH-é est de penser à la fois la recherche fondamentale et la recherche-intervention-formation de manière à produire des connaissances utiles et des outils pratiques pour les administrateurs, les intervenants, les gestionnaires, les consultants et les formateurs.

 

Le cadre de référence

Le cadre de référence du PH-é est double. Il repose sur deux disciplines : la psychosociologie des organisations et l’éthique de la gestion de la coopération organisationnelle[1]


Valeurs

Les valeurs du Centre de recherche & Développement PH-é sont l’avancée des connaissances par le recul du coût santé de la performance organisationnelle, la rigueur scientifique et le transfert des connaissances par divers moyens dont la formation et le coaching. Ces valeurs sont elles-mêmes chapeautées par un principe: l’éthique de la coopération.

La structure organisationnelle

La structure du Centre de recherche & développement PH-é est simple, modulable et flexible.

Les produits PH-é

 



[1] Brabant Louise, 2006, Thèse de doctorat, Université Laval.